Non commercialisée
G

TERBINAFINE LICONSA 250 mg, comprimé sécable

Chlorhydrate de terbinafine

Comprimé

  Présentation Prix * Remb.
Déclaration d'arrêt de commercialisation du (28/04/2015) plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium de 14 comprimé(s) - -
Déclaration d'arrêt de commercialisation du (15/04/2015) plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium de 28 comprimé(s) - -
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

TERBINAFINE VELVIAN 250 mg, comprimé sécable est indiqué dans le traitement des mycoses de la peau quand le traitement par comprimé est nécessaire en raison du site, de la sévérité ou du degré de l'infection et des ongles telles que:

  • infection superficielle sur la surface du corps, communément appelée Tinea corporis,
  • infection superficielle de l'aine, communément appelée Tinea cruris,
  • infection superficielle du pied, communément appelée Tinea pedis,
  • infection superficielle de l'ongle, communément appelée onychomycose.
  • Voie d'administration

    Voie orale.

    Dose recommandée

    Adultes: 250 mg (1 comprimé) une fois par jour.

    Durée du traitement

    La durée du traitement dépend de l'indication et de la sévérité de l'infection.

    Infections cutanées

    La durée probable du traitement de Tinea pedis, Tinea corporis et Tinea cruris est de 2 à 4 semaines. Dans le cas de Tinea pedis (interdigitale, plantaire/ de type mocassin), le traitement recommandé peut atteindre 6 semaines.

    Plusieurs semaines peuvent s'écouler entre la guérison mycologique et la disparition complète des signes et symptômes.

    Onychomycose

    Dans la plupart des cas le traitement est de 6 à 12 semaines.

    Onychomycose des ongles des doigts

    Un traitement de 6 semaines est généralement suffisant.

    Onychomycose des ongles des orteils

    Un traitement de 12 semaines est généralement suffisant.

    Les patients dont les ongles poussent lentement peuvent nécessiter un traitement plus long (6 mois ou plus).

    L'effet clinique optimal est visible quelques mois après la guérison mycologique et après l'arrêt du traitement. Ce délai correspond au temps nécessaire à la repousse de l'ongle sain.

    Personnes âgées

    Il n'a pas été établi que les patients âgés aient besoin de doses différentes ou soient l'objet d'effets indésirables différents que les patients plus jeunes. Il convient de considérer le risque d'insuffisance rénale ou hépatique dans ce groupe d'âge (voir rubrique 4.4).

    Patients atteints d'insuffisance hépatique

    Des études de pharmacocinétique à dose unique chez des patients atteints de maladie hépatique préexistante ont montré que la clairance de la terbinafine peut être diminuer de 50% (voir rubrique 5.2). Une posologie inférieure devra être initiée chez les patients atteints d'insuffisance hépatique. L'usage thérapeutique de la terbinafine chez les patients atteints de maladie hépatique active ou chronique n'a pas été étudié et ne peut donc pas être recommandé dans ce cas.

    Patients atteints d'insuffisance rénale

    Les patients ayant une fonction rénale réduite (clearance à la créatinine < 50 ml/mn ou créatinine sérique > 300 µmol/l) devront prendre la moitié de la dose habituelle (voir rubrique 4.3).

    Enfants

    L'utilisation de la terbinafine 250 mg comprimés est déconseillée chez les enfants.

  • Hypersensibilité à la terbinafine ou à l'un des excipients contenus dans le comprimé (voir rubrique 6.1.),
  • Insuffisance rénale sévère,
  • Insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 4.4).
  • Des études de pharmacocinétique à dose unique chez des patients atteints de maladie hépatique pré-existante ont montré que la clairance de la terbinafine pouvait être diminuée de 50 %. L'usage thérapeutique de la terbinafine chez les patients atteints de maladie hépatique active ou chronique n'a pas été étudié dans des études cliniques prospectives et ne peut donc pas être recommandé.

    Avant de prescrire de la TERBINAFINE VELVIAN, il est recommandé d'évaluer la fonction hépatique. Une hépato-toxicité peut survenir chez des patients avec ou sans maladie hépatique pré-existante.

    Les patients auxquels on a prescrit de la TERBINAFINE VELVIAN devront être avertis de déclarer immédiatement tout symptôme de nausée persistante et inexpliquée anorexie, fatigue, vomissements, douleur abdominale du quart supérieur droit, jaunisse, urine foncée ou selles décolorées. Les patients présentant ces symptômes devront arrêter le traitement oral de terbinafine et la fonction hépatique des patients devra être immédiatement évaluée.

    Les patients atteints de détérioration de la fonction rénale (clairance de la réatinine < 50 ml/min ou créatinine sérique > 300 µmol/l) devront prendre la moitié de la dose normale. Ce traitement ne sera administré que sous contrôle médical strict.

    Des études in vitro ont montré que la terbinafine inhibe le métabolisme effectué au moyen de l'enzyme CYP2D6 (voir rubrique 4.5).

    Des altérations du cristallin et de la rétine ont été rapportées suite à l'utilisation de la terbinafine. La répercussion clinique de ces altérations n'est pas connue.

    La terbinafine doit être administrée avec précaution chez les patients atteints de psoriasis et d'immunodéficience, car l'aggravation de ces troubles a été rapportée dans certains cas durant le traitement.

    Plusieurs semaines peuvent s'écouler entre la guérison mycologique et la disparition complète des symptômes.

    Les patients sous terbinafine qui présentent une forte fièvre ou des maux de gorge devront être examinés pour écarter de possibles réactions hématologiques.

    Si un patient présente des signes de neutropénie/agranulocytose (fièvre, amygdalite ou autre infection) ou une réaction cutanée étendue ou atteignant les muqueuses, le traitement devra être interrompu.

    Contrairement à la terbinafine topique, la TERBINAFINE VELVIAN administrée par voie orale n'est pas efficace dans le traitement des candidoses vaginales.

    Fréquence: très fréquent (≥ 1/10); fréquent (> 1/100, < 1/10); peu fréquent (> 1/1000, < 1/100); rare (> 1/10000, < 1/1000); très rare (< 1/10000).

    Affections de la peau et du tissu sous-cutané

    Fréquent: réactions allergiques cutanées non graves (éruption, urticaire).

    Rare: photosensibilité.

    Très rare: réactions cutanées graves (par ex. syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique).

    L'interruption du traitement est recommandée si l'érythème cutané progresse. Si une éruption cutané progressive se développe, le traitement doit être arrêté.

    Aggravation du psoriasis.

    Quelques cas isolés de chute de cheveux ont été signalés mais aucun rapport avec la terbinafine n'a été établi.

    Affections gastro-intestinales

    Fréquent: plénitude gastrique, perte d'appétit, dyspepsie, nausées, légère douleur abdominale, diarrhée.

    Affections musculo-squelettiques et systémiques

    Fréquent: réactions musculaires (arthralgie, myalgie).

    Affections du système nerveux

    Fréquent: maux de tête.

    Peu fréquent: altérations du goût, allant jusqu'à la perte de goût, signe qui disparaît généralement plusieurs semaines après l'interruption du traitement. Quelques cas isolés d'altérations prolongées du goût ont été signalés. On a observé quelques rares cas graves de diminution de l'ingestion d'aliments entraînant une perte de poids importante.

    Rare: paresthésie, hypoesthésie et étourdissement.

    Très rare: vertige.

    Affections psychiatriques

    Très rare: dépression et anxiété.

    Affections hépatobiliaires

    Rare: dysfonctionnement hépatobiliare et hépatite aiguë idiosyncrasique (essentiellement cholestatique) lors du traitement oral (comprimés) par la terbinafine, ainsi que de très rares cas d'insuffisance hépatique grave avec issue fatale (voir rubrique 4.4).

    Très rare: insuffisance hépatique sévère.

    Affections du système immunitaire

    Très rare: réactions anaphylactiques (y compris angiœdème), déclenchement et exacerbation du lupus érythémateux cutané et systémique.

    Affections hématologiques et du système lymphatique

    Très rare: certains cas isolés de troubles hématologiques ont été signalés comme la neutropénie, l'agranulocytose et la thrombocytopénie.

    Troubles généraux

    Très rare: fatigue.

    Déclaration des effets indésirables suspectés

    La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr.

    Interaction d'autres médicaments sur la terbinafine

    La clairance plasmatique de la terbinafine peut se voir accélérée par les médicaments qui induisent le métabolisme, et peut être inhibée par des médicaments qui inhibent le cytochrome P450. Lorsque l'administration conjointe de ces médicaments est nécessaire, la dose de la terbinafine devra être adaptée en conséquence.

    Les médicaments suivants peuvent augmenter l'effet ou la concentration plasmatique de la terbinafine: la cimétidine diminue de 33 % la clairance de la terbinafine.

    Les médicaments suivants peuvent diminuer l'effet ou la concentration plasmatique de la terbinafine: la rifampicine augmente de 100 % la clairance de la terbinafine.

    Interaction de la terbinafine sur d'autres médicaments

    Selon les résultats d'études in vitro chez des volontaires sains, la terbinafine montre un effet négligeable dans l'inhibition ou la stimulation de la clairance de la plupart des médicaments métabolisés par le système du cytochrome P450 (par ex. la ciclosporine, terfénadine, triazolam, tolbutamide ou les contraceptifs oraux. à l'exception des médicaments métabolisés par l'enzyme CYP2D6 (ex: mexilétine), les études in vitro montrent que la terbinafine inhibe leur métabolisme.

    Certains cas de troubles menstruels ont été rapportés chez des patientes sous terbinafine et contraceptifs oraux. Le mécanisme de cette possible interaction n'a pas encore été expliqué.

    Lors d'une étude effectuée chez des volontaires sains, l'administration simultanée d'une dose unique de 100 mg de fluconazole (inhibiteur du cytochrome P450) a abouti à une augmentation de Cmax et AUC d'environ 50 et 70 %. Lorsque l'administration simultanée de ces médicaments est nécessaire, il peut être nécessaire d'ajuster la dose en conséquence.

    Les patients recevant un traitement concomitant avec des médicaments métabolisés principalement par l'enzyme CYP2D6 et à marges thérapeutiques étroites, comme le métoprolol dans l'insuffisance cardiaque chronique, les antiarythmiques (par ex. flécaïnide, propafénone), les antidépresseurs tricycliques (ATC), les β-bloquants, les inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO) type B (voir rubrique 4.4), devront être suivis si l'intervalle thérapeutique du médicament concomitant est étroit.

    Par ailleurs, la clairance plasmatique de la terbinafine peut être accélérée par certains médicaments inducteurs du métabolisme et freinée par des médicaments inhibiteurs du cytochrome P450. Lorsque une prise simultanée de ces médicaments est requise, il peut être nécessaire d'ajuster la posologie de la terbinafine conjointement.

    Il a été rapporté une diminution La terbinafine diminue les niveaux plasmatiques de la ciclosporine. Il est recommandé de contrôler les niveaux de ciclosporine pendant et après un traitement à la terbinafine.

    Grossesse

    Les études de toxicité fœtale et de fertilité chez l'animal ne suggèrent pas d'effets indésirables. Cependant, Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation de la terbinafine chez la femme enceinte, par conséquent ce médicament ne devra pas être prescrit pendant la grossesse à moins que ce ne soit absolument nécessaire.

    Allaitement

    La terbinafine passe dans le lait maternel. Par conséquent, la TERBINAFINE VELVIAN 250 mg, comprimés sécables ne doit pas être administrée aux femmes qui allaitent.

    La terbinafine n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Il faut cependant que les patients qui conduisent ou manipulent des machines sachent que des étourdissements peuvent survenir exceptionnellement.

    Quelques cas de surdosage (ingestion jusqu'à 5 g) ont été signalés. Les patients ont présenté des maux de tête, des nausées, des douleurs épigastriques et des étourdissements.

    En cas de surdosage, il est recommandé d'éliminer le médicament, d'abord par l'administration de charbon activé et, si nécessaire, par l'administration d'un traitement symptomatique.

    Chaque comprimé sécable contient 250 mg de terbinafine (sous forme de chlorhydrate de terbinafine).

    Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1

    Comprimé sécable.

    Comprimé sécable blanc oblong avec barre de cassure des deux côtés.

    Le comprimé sécable peut être divisé en deux demi doses égales.

    Classe pharmacothérapeutique:ANTIFONGIQUE A UTILISATION SYSTEMIQUE, code ATC:D01BA02.

    La terbinafine est une allylamine possédant un large spectre d'activité antifongique de la peau, des cheveux et des ongles, y compris les dermatophytes tels que les trichophytons (T. rubrum, T. mentagrophytes, T. verrucosum, T. tonsurans, T. violaceum), Microsporum (M. canis), et Epidermophyton floccosum. A faibles concentrations, la terbinafine exerce une action fongicide sur les dermatophytes, les moisissures et certains champignons dimorphes.

    Les tests de sensibilité des dermatophytes ne sont pas standardisés, l'information donnée ci-dessous n'est rien d'autre qu'une tentative à fournir des indications concernant les probabilités des micro-organismes à être sensibles ou non à la terbinafine.

    Les sensibilités à la terbinafine de différentes espèces de champignons basées sur des cultures fongiques standard sont les suivants (CMI, concentration minimale inhibitrice):

    Micro-organisme

    intervalle CMI (µg/ml)

    Trichophyton rubrum

    0,001 - 0,15

    Trichophyton mentagrophytes

    0,0001 - 0,05

    Trichophyton verrucosum

    0,001 - 0,006

    Trichophyton violaceum

    0,001 - 0,1

    Microsporum canis

    0,0001 - 0,1

    Epidermorphyton floccosum

    0,001 - 0,05

    La terbinafine présente une faible efficacité face à de nombreuses levures du genre Candida.

    Contrairement à la voie locale, la terbinafine par voie orale n'est pas efficace contre le Pityriasis (Tinea) versicolor.

    La terbinafine interfère spécifiquement avec la biosynthèse des stérols fongiques à un stade précoce. Ce phénomène entraîne une déficience en ergostérol et une accumulation intracellulaire de squalène, induisant la mort des cellules fongiques. La terbinafine agit par inhibition de la squalène-époxydase dans la membrane cellulaire fongique. Cette enzyme n'est pas liée au système cytochrome P450.

    Par voie orale, le médicament se concentre dans la peau, les cheveux et les ongles à des niveaux associés à l'activité fongicide. Il est encore présent 15 à 20 jours après la fin du traitement.

    Une dose unique par voie orale de 250 mg de terbinafine entraîne un pic de concentration plasmatique moyenne de 0,97 microgrammes/ml dans les 2 heures qui suivent l'administration. La demi-vie d'absorption est de 0,8 heures et la demi-vie de distribution est de 4,6 heures.

    La terbinafine se lie fortement aux protéines plasmatiques (99 %). La terbinafine diffuse rapidement à travers le derme et se concentre dans la couche cornée lipophile. La terbinafine est également excrétée dans le sébum, et atteint donc des concentrations élevées dans les follicules pileux, les cheveux et la peau riche en sébum.

    Il existe aussi des preuves selon lesquelles la terbinafine est distribuée dans les ongles dans les premières semaines du traitement.

    La terbinafine est métabolisée rapidement et largement par au moins sept isoenzymes CYP, principalement par les 2C9, 1A2, 3A4, 2C8 et 2C19.

    La biotransformation en métabolites donne lieu à des métabolites dépourvus d'activité antifongique, qui sont principalement éliminés dans l'urine. La demi-vie d'élimination est de 17 heures. Il n'a pas été démontré que la substance s'accumule dans le plasma. Le profil pharmacocinétique n'a pas montré d'altérations qui dépendent de l'âge du patient.

    La vitesse d'élimination peut être réduite chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, ce qui peut entraîner des concentrations plasmatiques plus élevées.

    La biodisponibilité de la terbinafine est modérément influencée par la prise de nourriture et ne nécessite pas d'ajustement de posologie.

    Chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée à sévère, des études de pharmacocinétique à dose unique ont montré que la clairance de la terbinafine peut être réduite de 50 %.

    Les études de toxicité à long terme (jusqu'à 1 an) sur les rats et les chiens n'ont pas révélé d'effet toxique établi sur l'une ou l'autre espèce avec des doses orales allant jusqu'à environ 100 mg/kg par jour. Lorsque les doses orales étaient plus élevées, le foie a été identifié comme un organe cible potentiel, de même que les reins.

    Une étude de cancérogenèse en administration orale, menée pendant deux ans sur des souris, n'a révélé ni néoplasmes ni autres anomalies pouvant être attribués au traitement appliqué à des posologies jusqu'à 130 (mâles) et 156 (femelles) mg/kg par jour. Une étude de cancérogenèse, menée pendant deux ans sur des rats, a révélé une incidence accrue de tumeurs hépatiques parmi les rats mâles qui prenaient une dose maximale de 69 mg/kg par jour. Les altérations pouvant être associées à la prolifération de peroxysomes semblent être spécifiques à l'espèce étant donné qu'elles n'ont pas été observées dans les études de cancérogenèse sur les souris, les chiens ou les singes.

    Au cours des études utilisant des fortes doses chez les singes, des troubles réfractifs de la rétine ont été observés aux doses plus élevées (effet non toxique à 50 mg/kg). Ces troubles étaient associés à la présence d'un métabolite de la terbinafine dans le tissu oculaire et disparaissaient une fois que le médicament n'était plus administré. Ils n'étaient pas associés à des altérations histologiques.

    Une série standard d'études in vitro et in vivo de génotoxicité n'a révélé aucun signe de potentiel mutagène ou clastogène.

    Aucun effet secondaire n'a été observé dans les études des fonctions de reproduction et de fertilité menées chez les rats ou les lapins.

    Carboxyméthylamidon sodique (type A), cellulose microcristalline, hypromellose, silice colloïdale anhydre, stéarate de magnésium.

    Sans objet.

    5 ans.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    Pas de précautions particulières de conservation.

    8, 14, 28 ou 42 comprimés sécables sous plaquettes transparentes (PVC/Aluminium).

    14, 28 comprimés sécables sous plaquettes thermoformées (PVC-PVDC/Aluminium).

    Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

    Pas d'exigences particulières.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie