PHYSIOMYCINE, gélule

Méthylènecycline (chlorhydrate de)

Gélule

  Présentation Prix * Remb.
plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium de 16 gélule(s) 6,43 € 65%
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

Infections à germes sensibles notamment dans leurs manifestations odontostomatologiques, et en cas d'acné.

VOIE ORALE.

Réservé à l'enfant de plus de 8 ans.

A prendre en dehors des repas avec une quantité suffisante de liquide et à répartir en deux prises.

Dans les infections courantes:

  • Adultes: 600 mg, 2 fois par jour. Cette posologie peut être augmentée, en fonction de la sévérité de l'infection, à 4 gélules par jour en deux prises.
  • Enfants au-dessus de 8 ans: 75 à 150 mg par jour et par 10 kg de poids.
  • Dans l'acné:

    300 mg par jour pendant 10 à 15 jours, puis 300 mg tous les deux jours. La durée du traitement est au minimum de 3 mois, un traitement local associé est souhaitable.

    Ce médicament est CONTRE-INDIQUE dans les cas suivants:

  • Allergies aux antibiotiques de la famille des tétracyclines.
  • Chez l'enfant de moins de huit ans en raison du risque de coloration permanente des dents et d'hypoplasie de l'émail dentaire.
  • Association avec les rétinoïdes par voie générale (voir rubrique 4.5).
  • Ce médicament est CONTRE-INDIQUE à partir du deuxième trimestre de la grossesse.

    L'allaitement est DECONSEILLE en cas de prise de ce médicament.

    A utiliser avec précaution en cas d'insuffisance hépatique ou d'insuffisance rénale.

    Le surdosage expose à un risque d'hépatotoxicité.

    En raison des risques de photosensibilisation, il est conseillé d'éviter toute exposition directe au soleil et aux UV pendant le traitement qui doit être interrompu en cas d'apparition de manifestations cutanées à type d'érythème.

    L'utilisation des tétracyclines périmées peut entraîner l'apparition d'acidoses tubulaires rénales rapidement réversibles.

  • Dyschromie dentaire ou hypoplasie de l'émail en cas d'administration chez l'enfant au-dessous de huit ans.
  • Troubles digestifs (diarrhée, nausées, épigastralgies).
  • Réactions allergiques (urticaire, rash, prurit).
  • Réactions de photosensibilisation.
  • Des cas de troubles hématologiques ont été décrits lors de traitement par des tétracyclines (anémie hémolytique, thrombocytopénie, neutropénie, éosinophilie).
  • Une hyperazotémie extra-rénale en relation avec un effet anti-anabolique a été signalée avec des tétracyclines. Cette hyperazotémie peut être majorée par l'association avec les diurétiques.
  • Associations contre-indiquées

    + Rétinoïdes (voie générale):

    Risque d'hypertension intracrânienne

    Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

    + Anticoagulants oraux:

    Augmentation de l'effet anticoagulant oral et du risque hémorragique.

    Contrôle plus fréquent du taux de prothrombine et surveillance de l'INR. Adaptation éventuelle de la posologie de l'anticoagulant oral pendant le traitement par la cycline et après son arrêt.

    + Sels de fer (voie orale):

    Diminution de l'absorption digestive des cyclines (formation de complexes).

    Prendre les sels de fer à distance des cyclines (plus de 2 heures, si possible).

    + Sels, oxydes, hydroxydes de magnésium, d'aluminium et de calcium (topiques gastro-intestinaux):

    Diminution de l'absorption digestive des cyclines.

    Prendre les topiques gastro-intestinaux à distance des cyclines (plus de 2 heures, si possible).

    Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

    De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées: il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

    Grossesse

    Un effet tératogène des cyclines a été retrouvé en expérimentation animale mais de façon inconstante.

    En clinique, l'utilisation des cyclines au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition en cours de grossesse.

    L'administration de cyclines au cours des deuxième et troisième trimestres expose le fœtus au risque de coloration des dents de lait.

    En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser les cyclines pendant le premier trimestre de la grossesse.

    A partir du deuxième trimestre de la grossesse, l'administration de cyclines est contre-indiquée.

    Allaitement

    En cas de traitement par ce médicament, l'allaitement est déconseillé.

    Sans objet.

    Le surdosage expose à un risque accru d'hépatotoxicité.

    En cas de surdosage, les symptômes peuvent inclure des nausées, douleurs abdominales et vomissements. Interrompre le traitement, et traiter les symptômes.

    Chlorhydrate de méthylènecycline ..................................................................................................... 300 mg

    Pour une gélule.

    Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

    Gélule.

    Classe pharmacothérapeutique: ANTIBIOTIQUE ANTIBACTERIEN DE LA FAMILLE DES TETRACYCLINES.

    (J. Anti-infectieux)

    Le chlorhydrate de méthylènecycline, cycline semi-synthétique, est un antibiotique bactériostatique de la famille des tétracyclines.

    SPECTRE D'ACTIVITE ANTIBACTERIENNE

    La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur les probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique.

    Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci-dessous :

    Catégories

    Fréquence de résistance acquise en France (> 10%) (valeurs extrêmes)

    ESPÈCES SENSIBLES

    Aérobies à Gram positif

    Bacillus

    Entérocoques

    40 - 80 %

    Staphylococcus méti-S

    Staphylococcus méti-R *

    70 - 80 %

    Streptococcus A

    20 %

    Streptococcus B

    80 - 90 %

    Streptococcus pneumoniae

    20 - 40 %

    Aérobies à Gram négatif

    Branhamella catarrhalis

    Brucella

    Escherichia coli

    20 - 40 %

    Haemophilus influenzae

    10 %

    Klebsiella

    10 - 30 %

    Neisseria gonorrhoeae

    Pasteurella

    Vibrio cholerae

    Anaérobies

    Propionibacterium acnes

    Autres

    Borrelia burgdorferi

    Chlamydia

    Coxiella burnetii

    Leptospira

    Mycoplasma pneumoniae

    Rickettsia

    Treponema pallidum

    Ureaplasma urealyticum

    Catégories

    ESPÈCES RÉSISTANTES

    Aérobies à Gram négatif

    Acinetobacter

    Proteus mirabilis

    Proteus vulgaris

    Pseudomonas

    Serratia

    * La fréquence de résistance à la méticilline est environ de 30 à 50 % de l'ensemble des staphylocoques et se rencontre surtout en milieu hospitalier.

    Absorption

    Environ 60 % de la dose ingérée est absorbée.

    La concentration maximale atteinte après administration d'une dose de 300 mg est de 2 à 3 µg/ml. Elle est atteinte au bout de 2 à 3 heures.

    L'alimentation (notamment les produits laitiers) et les pansements gastriques diminuent l'absorption.

    Distribution

    La méthylènecycline diffuse rapidement dans le liquide intra et extracellulaire notamment dans l'appareil respiratoire, génito-urinaire et la peau. Elle franchit la barrière placentaire et passe dans le lait. Le passage dans le LCR est faible. Le taux de liaison aux protéines plasmatiques est d'environ 78 %.

    Le passage dans la salive est également important. A la 5ème heure après l'administration le taux salivaire est d'environ 85 % du taux sérique.

    Excrétion

    Elle est fécale (environ 65 %) et rénale (35 %). La demi-vie d'élimination est longue (environ 14 heures). Des concentrations supérieures à la CMI sont observées jusqu'à 72 heures après l'arrêt du traitement.

    Non renseignée.

    Amidon de riz, laurilsulfate de sodium, stéarate de magnésium.

    Composition de l'enveloppe de la gélule: gélatine, dioxyde de titane (E 171).

    Sans objet.

    3 ans.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    Pas de précautions particulières de conservation.

    8 gélules sous plaquettes thermoformées (PVC/Alu)

    16 gélules sous plaquettes thermoformées (PVC/Alu)

    Pas d'exigences particulières.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie