PHYSIOGINE 1 mg, comprimé sécable

Estriol

Comprimé

  Présentation Prix * Remb.
plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium de 30 comprimé(s) 4,43 € 30%
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

Correction des symptômes liés à la carence œstrogenique lors des insuffisances ovariennes primitives ou secondaires, naturelles ou artificielles, dans le cadre d'un traitement de courte durée.

Les comprimés de PHYSIOGYNE doivent être pris oralement, de préférence avec un liquide.

Il est important que la totalité de la dose journalière soit prise en une seule fois au même moment dans la journée.

Ce médicament ne doit pas être pris au cours d'un repas riche en graisses.

La posologie doit être ajustée selon les besoins de chaque patiente:

  • 0,5 mg à 1 mg (soit 1/2 à 1 comprimé). La dose peut être augmentée à 1,5 mg par jour en cas de besoin.
  • Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes:

  • tumeurs malignes du sein et de l'utérus (endomètre),
  • hémorragies génitales non diagnostiquées,
  • accidents ou antécédents thrombo-emboliques veineux documentés,
  • accident thromboembolique artériel en évolution,
  • pathologie oculaire d'origine vasculaire,
  • affections hépatiques sévères ou récentes,
  • grossesse.
  • Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes:

  • cardiopathies emboligènes,
  • oclusion veineuse rétinienne,
  • tumeurs bénignes du sein,
  • dystrophies utérines (hyperplasie, polypes sous-muqueux, fibrome),
  • endométriose,
  • tumeurs hypophysaires à prolactine,
  • cholestase récurrente ou prurit récidivant lors d'une grossesse,
  • lupus, syndrome des anti-phospholipides et vascularites évolutives,
  • en association à: rifampicine, barbituriques, griséofulvine, anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone...).
  • Mises en garde spéciales

    Le risque de maladie thrombo-embolique est actuellement principalement attribué aux œstrogènes de synthèse, à l'âge et au tabac. Peu de travaux ont été consacrés aux effets des œstrogènes naturels dans ce domaine.

    Cependant, par mesure de prudence, la survenue de symptômes pouvant faire craindre l'imminence d'une complication impose l'arrêt du traitement: céphalées importantes et inhabituelles, troubles oculaires, élévation de la tension artérielle.

    Les risques de cancer de l'endomètre augmentent lors d'administrations isolées et prolongées d'œstrogènes; il est donc recommandé d'y associer un progestatif même si ceci n'est pas impératif dans le cas de l'estriol.

    Avant d'instaurer le traitement, s'assurer de l'absence de maladie œstrogénodépendante.

    Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au lactose.

    Précautions d'emploi:

  • Un examen médical est nécessaire avant et périodiquement en cours de traitement; les contrôles porteront essentiellement sur: poids, tension artérielle, seins, appareil génital.
  • Une surveillance doit être exercée chez les patientes présentant: hypertension artérielle, hypertriglycéridémie, diabète, accidents vasculaires cérébraux, antécédents familiaux de cancer du sein, otospongiose, porphyrie.
  • L'absence d'hémorragie de privation en cours de traitement traduit en général une absence de développement de l'endomètre et ne constitue pas un effet gênant. En revanche, tout saignement anormal en cours de traitement doit faire rechercher une anomalie utérine.
  • La plupart des incidents sévères suivants ont essentiellement été observés, bien que rarement, avec les estrogènes de synthèse. Cependant, même si l'estriol est un estrogène naturel, par mesure de prudence, interrompre le traitement si l'un des phénomènes suivants apparaissait:

  • accidents cardiovasculaires et thrombo-emboliques,
  • ictères cholestatiques,
  • tumeurs du sein, tumeurs utérines,
  • céphalées importantes et inhabituelles, migraines, vertiges, altération brutale de la vision,
  • exacerbation d'une comitialité,
  • adénome hépatique: il peut donner lieu à des accidents hémorragiques infra-abdominaux,
  • galactorrhée: son apparition doit faire rechercher l'existence d'un adénome hypophysaire.
  • Lithiase biliaire: augmentation éventuelle du risque.

    Incidents plus fréquents mais mineurs n'empêchant pas habituellement la poursuite du traitement après adaptation des doses et de la séquence:

  • Saignements intermenstruels devant faire rechercher une pathologie sous-jacente.
  • Signes d'hyperestrogénie:
  • tension mammaire.
  • Associations déconseillées

  • La prise simultanée de rifampicine, barbituriques, griséofulvine, anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone...) risque de compromettre, par induction enzymatique et accélération de la dégradation hépatique, l'efficacité du traitement par voie orale.
  • Associations à prendre en compte

    + Ciclosporine

    Augmentation possible des taux circulants de ciclosporine de la créatininémie et des transaminases. Mécanisme invoqué: diminution de l'élimination hépatique de la ciclosporine.

    Ce médicament n'est pas indiqué pendant la grossesse.

    En clinique, à la différence du diéthylstilbestrol, les résultats de nombreuses études épidémiologiques permettent d'écarter à ce jour, un risque malformatif des estrogènes seuls ou en association en début de grossesse.

    Sans objet.

    La toxicité aigüe de l'estriol est faible: nausées, vomissement et éventuellement hémorragies génitales après l'arrêt du traitement.

    Il n'y a pas d'antidote spécifique connu: un traitement symptomatique sera institué si nécessaire.

    Estriol ................................................................................................................................................ 1 mg

    Pour un comprimé.

    Excipient: lactose.

    Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

    Comprimé sécable.

    Estrogène naturel - Traitement hormonal substitutif des carences estrogéniques.

    (G: système génito-urinaire et hormones sexuelles).

    PHYSIOGYNE contient de l'estriol, hormone naturelle féminine.

    Par rapport aux autres estrogènes, l'estriol est un estrogène d'action courte. Ceci est dû d'une part, à une courte rétention de l'hormone au niveau du noyau des cellules des organes-cibles et d'autre part, à son peu d'affinité pour les protéines plasmatiques et à son métabolisme rapide.

    En conséquence, PHYSIOGYNE est capable d'induire des effets estrogéniques sans provoquer de prolifération de l'endomètre à condition d'être administré en une seule prise journalière.

    Administrés per os, les œstrogènes naturels (ou conjugués) peuvent présenter des risques métaboliques et thrombo-emboliques:

  • Modification de la synthèse lors du premier passage hépatique de protéines synthétisées par le foie: augmentation des triglycérides, des VLDL, ainsi qu'une augmentation de l'angiotensiogène peuvent être observées. Dans certaines études, une diminution de l'antithrombine III est notée. Par contre l'augmentation du HDL et la diminution du LDL pourraient être considérées comme favorables.
  • Cependant, de tels effets sont essentiellement le fait des estrogènes synthétiques.

    L'estriol est éliminé sous forme glycuro-conjuguée.

    Non renseignée.

    Amylopectine, amidon de pomme de terre, stéarate de magnésium, lactose.

    Sans objet.

    2 ans.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    Pas de précautions particulières de conservation.

    30 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/Aluminium).

    Pas d'exigences particulières.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie