MISOONE 400 microgrammes, comprimé

Misoprostol

Comprimé

  Présentation Prix * Remb.
plaquette(s) thermoformée(s) polyamide aluminium PVC-Aluminium de 1 comprimé(s) libre NR
plaquette(s) thermoformée(s) PVC polychlortrifluoroéthylène aluminium de 16 comprimé(s) libre NR
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

Le misoprostol déclenche des contractions de l'utérus et produit un relâchement du col de l'utérus.

MisoOne est utilisé après la prise d'un autre médicament, mifépristone, pour l'interruption de grossesse. Il doit être pris au plus tard 49 jours après le premier jour de vos dernières règles.

Posologie

Le misoprostol est pris en une seule dose de 400 microgrammes par voie orale 36 à 48 heures après la prise d'une seule dose de 600 mg de mifépristone par voie orale. Les informations concernant la posologie de la mifépristone figurent dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) de la mifépristone.

La survenue de vomissements dans les 30 minutes suivant la prise peut entrainer une diminution de l'efficacité du misoprostol. Dans ce cas, la prise par voie orale d'un nouveau comprimé de misoprostol 400 microgrammes est recommandée.

Population pédiatrique

Peu de données sont disponibles sur l'utilisation du misoprostol chez les adolescentes.

Mode d'administration

Les comprimés de misoprostol sont destinés exclusivement à une administration orale et aucune autre voie d'administration ne doit être utilisée.

Hypersensibilité au misoprostol, ou à d'autres prostaglandines ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1,

  • Grossesse non confirmée par échographie ou par des tests biologiques,
  • Suspicion de grossesse extra-utérine,
  • Contre-indication à la mifépristone,
  • Grossesse de plus de 49 jours d'aménorrhée.

    Etant donné que le misoprostol s'utilise en association avec la mifépristone, il convient de se référer également aux contre-indications de la mifépristone.

    En l'absence d'études spécifiques, l'association en administration séquentielle de la mifépristone et du misoprostol est déconseillée chez les patientes souffrant de :

    Malnutrition,

    insuffisance hépatique,

    insuffisance rénale.

    Mises en garde

    En raison de ses propriétés abortives, le misoprostol ne doit jamais être utilisé chez une femme en cours de grossesse et désirant mener cette grossesse à terme.

    L'âge gestationnel doit être déterminé à partir de l'interrogatoire et de l'examen clinique de la patiente. Une échographie de l'utérus est toujours recommandée.

    Le misoprostol DOIT ÊTRE ADMINISTRÉ par voie orale exclusivement :

    à une dose ne dépassant pas 400 microgrammes,

    suite à la prise préalable de 600 mg de mifépristone,

    dans l'intervalle de 36 à 48 heures après la prise de mifépristone.

    L'utilisation de protocoles différents de celui mentionné dans ce RCP augmente TOUS les risques liés à la méthode.

    Cette méthode nécessite une participation active de la femme qui doit être informée de ce qu'implique de la méthode :

  • nécessité d'associer le traitement avec la mifépristone qui doit être administrée 36 – 48 heures avant l'administration de ce produit,
  • nécessité de se présenter à une visite de contrôle 14 à 21 jours après la prise de mifépristone afin de vérifier que l'expulsion a été complète,
  • possibilité d'échec de la méthode, conduisant à une deuxième procédure d'interruption de grossesse.

    En raison des effets aigus du misoprostol, les femmes doivent être informées des signes et symptômes qu'elles sont susceptibles d'observer et devront avoir un accès direct au centre médical prescripteur par téléphone ou sur site.

    En cas de grossesse survenue en présence d'un dispositif intra-utérin, celui-ci sera retiré avant l'administration de mifépristone/misoprostol.

    Risques liés à la méthode :

    L'efficacité de l'interruption médicamenteuse de grossesse diminue :

  • quand le protocole indiqué dans le RCP n'est pas scrupuleusement suivi,
  • avec la parité.

    Échecs :

    Un risque non négligeable de grossesse évolutive existe pour 1 % des cas d'interruption médicamenteuse de grossesse réalisée jusqu'au 49ème jour d'aménorrhée avec une administration par voie orale. Ce risque rend la visite de contrôle obligatoire, afin de vérifier qu'une expulsion complète a eu lieu.

    Dans les rares cas d'expulsion incomplète, une intervention par méthode chirurgicale pourra être nécessaire.

    Saignement :

    La patiente devra être informée de la survenue de saignements prolongés (en moyenne 12 jours environ ou plus après la prise de mifépristone) parfois abondants. Les saignements surviennent dans la quasi-totalité des cas et ne constituent nullement une preuve d'expulsion complète.

    Les saignements peuvent apparaître très rapidement après la prise du misoprostol, et quelquefois plus tard :

  • dans 60 % des cas, l'expulsion a lieu dans les 4 heures suivant la prise du misoprostol,
  • dans 40 % des cas, l'expulsion a lieu dans les 24 à 72 heures suivant la prise du misoprostol.

    Dans de rares cas, l'expulsion peut se produire avant l'administration du misoprostol (environ 3 % des cas). Cela ne dispense pas la patiente de se présenter à la visite de contrôle pour vérifier l'expulsion complète et la vacuité utérine.

    On recommandera à la patiente de ne pas s'éloigner du centre médical prescripteur tant que l'expulsion complète n'aura pas été confirmée. Il lui sera indiqué précisément qui contacter et où se rendre en cas de problèmes, notamment en cas de saignements très abondants, c'est à dire saignements qui durent plus de 12 jours et/ou qui sont plus abondants que le flux menstruel normal.

    Une visite de contrôle doit avoir lieu durant la période de 14 à 21 jours faisant suite à la prise de la mifépristone, pour vérifier par un moyen adéquat (examen clinique avec dosage de β-hCG ou échographie) qu'une expulsion complète a eu lieu et que les saignements ont cessé. En cas de saignement persistant (même léger) au-delà de la visite de contrôle, il faudra vérifier que celui-ci a cessé après quelques jours.

    La persistance d'un saignement à ce stade peut évoquer une rétention ovulaire ou une grossesse extra-utérine non diagnostiquée, et doit conduire à un traitement approprié.

    En raison de saignements abondants nécessitant un curetage hémostatique dans 0 à 1,4 % des cas lors de l'interruption médicamenteuse de grossesse, les patientes présentant des troubles de l'hémostase avec hypocoagulabilité, ou avec anémie, doivent être particulièrement surveillées. La décision d'avoir recours à la méthode médicale ou chirurgicale doit être prise conjointement avec des médecins spécialistes, en fonction du type de trouble hémostatique ou du degré d'anémie.

    Si une grossesse évolutive est diagnostiquée après la visite de contrôle, une deuxième procédure d'interruption de grossesse sera proposée à la patiente.

    Infection :

    Des cas graves (incluant des cas fatals) de syndrome de choc toxique et de choc septique faisant suite à des infections par des pathogènes atypiques (Clostridium sordellii et perfringens, Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Streptococcus groupe A), ont été rapportés après une interruption de grossesse médicamenteuse réalisée avec administration vaginale non autorisée de comprimés de misoprostol destinés à la voie orale.

    Les cliniciens doivent être avertis de cette complication potentiellement fatale.

    Tératogénicité :

    Les patientes qui décident de poursuivre leur grossesse après traitement doivent être informées du risque de tératogénicité. Ce risque est inhérent à l'objectif du protocole combinant la mifépristone et le misoprostol et est augmenté quand les protocoles utilisés diffèrent de celui mentionné à la rubrique 4.2 Posologie et mode d'administration. L'exposition du fœtus au misoprostol ou à la mifépristone augmente le risque d'apparition d'un syndrome de Mœbius et/ou d'une maladie des brides amniotiques. Une deuxième procédure d'interruption de grossesse est à envisager. En cas de poursuite de la grossesse, la patiente devra faire l'objet d'un suivi attentif par échographie dans des centres spécialisés.

    Précautions d'emploi

    Risque cardiovasculaire :

    Des accidents cardiovasculaires rares, mais graves (infarctus du myocarde et/ou spasme des artères coronaires et hypotension sévère) ont été rapportés suite à une administration intra-vaginale et intra-musculaire de doses élevées d'analogues de la prostaglandine, dont misoprostol. Pour cette raison, les femmes présentant des facteurs de risque cardiovasculaires (par exemple âgées de plus de 35 ans avec tabagisme chronique, hyperlipidémie, diabète) ou atteintes d'une maladie cardiovasculaire avérée doivent être traitées avec prudence.

    Allo-immunisation rhésus :

    L'interruption médicamenteuse de grossesse nécessite la détermination du rhésus, donc la prévention de l'allo-immunisation rhésus et d'une façon générale, nécessite les mesures qui sont habituellement prises lors d'une interruption de grossesse.

    Initiation de la contraception après l'interruption médicamenteuse de grossesse :

    Durant les essais cliniques, de nouvelles grossesses ont débuté entre l'expulsion de l'embryon et la reprise des règles. Par conséquent, il est recommandé d'initier immédiatement une méthode de contraception dès que l'interruption médicamenteuse de grossesse a été médicalement confirmée.

    Autres précautions :

    Les précautions d'emploi relatives à la mifépristone doivent être respectées.

    Les effets indésirables du misoprostol sont généralement la conséquence de son action pharmacologique et de sa biodisponibilité. Les réactions indésirables les plus fréquentes sont les affections gastro-intestinales, par exemple les nausées, les vomissements, les diarrhées et les douleurs abdominales.

    Les fréquences d'apparition des effets indésirables sont classées comme indiqué ci-dessous :

  • très fréquent (≥1/10),
  • fréquent (≥1/100 à <1/10),
  • peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100),
  • rare (≥1/10 000 à <1/1 000),
  • très rare (<1/10 000).

    Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

    Infections et infestations

    Fréquent :

    infection consécutive à l'interruption de grossesse. Des infections suspectées ou confirmées (endométrite, affection pelvienne inflammatoire) ont été rapportées chez moins de 5 % des femmes.

    Très rare :

    de très rares cas de choc toxique et de choc septique graves ou fatals (causés par Clostridium sordellii ou perfringens, Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Streptococcus groupe A), pouvant être ou non accompagnés d'une fièvre ou d'autres symptômes évidents d'infection, ont été rapportés suite à une administration vaginale non autorisée de comprimés de misoprostol destinés à l'utilisation orale. Les cliniciens doivent connaitre cette complication potentiellement fatale (voir rubrique 4.4. - Mises en garde spéciales et précautions spéciales d'emploi).

    Affections du système immunitaire

    Fréquence indéterminée :

    anaphylaxie, hypersensibilité.

    Affections du système nerveux

    Rare :

    céphalées.

    Affections vasculaires

    Rare :

    De rares mais graves accidents cardiovasculaires (infarctus du myocarde et/ou spasme des artères coronaires et hypotension sévère) ont été rapportés, essentiellement suite à une administration vaginale non autorisée de comprimés de misoprostol.

    Affections gastro-intestinales

    Très fréquent :

    nausées, vomissements, diarrhées (ces effets gastro-intestinaux liés à l'utilisation des prostaglandines sont fréquemment rapportés).

    Fréquent :

    crampes abdominales, légères ou modérés.

    Affections de la peau et du tissu sous-cutané

    Peu fréquent :

    hypersensibilité : rashs cutanés peu fréquents (0,2%)

    Rare :

    des cas isolés d'urticaire, d'érythrodermie, d'érythème noueux, de nécrolyse épidermique toxique ont également été rapportés.

    Très rare :

    œdème de Quincke.

    Troubles musculo-squelettiques et des tissus conjonctifs

    Fréquence indéterminée :

    dorsalgie.

    Affections des organes de reproduction et du sein

    Très fréquent :

    contractions utérines ou douleurs très fréquentes (10 à 45 %) dans les heures suivant la prise du misoprostol.

    Fréquent :

    des saignements importants surviennent dans environ 5 % des cas et peuvent nécessiter un curetage hémostatique jusqu'à 1,4 % des cas.

    Affections congénitales, familiales et génétiques

    Rare :

    mort fœtale, malformations congénitales.

    Troubles généraux et anomalies au site d'administration

    Rare :

    malaise, symptômes vagaux (bouffées de chaleur, étourdissements, frissons), fièvre.

    Le misoprostol est essentiellement métabolisé par le système d'oxydation des acides gras et n'a pas présenté d'effet nocif sur le système enzymatique hépatique microsomal MFO (Mixed Function Oxidase) (P450).

    L'efficacité du misoprostol peut théoriquement être diminuée par les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) y compris l'aspirine (acide acétylsalicylique) du fait des propriétés inhibitrices des prostaglandines. Des données limitées suggèrent que l'administration concomitante d'AINS le jour de l'administration du misoprostol n'a pas d'influence négative sur les effets de la mifépristone ou du misoprostol sur la maturation cervicale ou sur la contractilité utérine et ne diminue pas l'efficacité clinique de l'interruption médicamenteuse de grossesse.

    Les antiacides peuvent diminuer la biodisponibilité du misoprostol.

    Les antiacides contenant du magnésium peuvent aggraver les diarrhées causées par le misoprostol.

    Grossesse

    L'administration durant la grossesse a été associée à des malformations graves chez l'enfant dans le cas de grossesses évolutives exposées à la mifépristone et au misoprostol ou au misoprostol seulement. L'exposition prénatale au misoprostol a été associée au syndrome de Mœbius (paralysie faciale congénitale, avec ou sans atteinte des membres) et à la maladie des brides amniotiques (difformités/amputations des membres, en particulier, pied bot, acheirie, oligodactylie, fente labiopalatine). Les femmes qui envisagent une interruption médicamenteuse de grossesse doivent recevoir des informations et conseils précis concernant les risques pour leur fœtus en cas d'échec et si une deuxième procédure d'interruption de grossesse n'est pas souhaitée.

    En conséquence :
  • les femmes doivent être informées qu'en raison du risque d'échec de l'interruption médicamenteuse de grossesse et du risque pour le fœtus, la visite de contrôle est obligatoire (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).
  • si un échec de la méthode est diagnostiqué à la visite de contrôle (grossesse évolutive viable), et si la patiente est toujours d'accord, une deuxième procédure d'interruption de grossesse sera pratiquée.
  • si la patiente désire poursuivre sa grossesse, un suivi attentif de la grossesse avec échographie prénatale portant une attention particulière aux membres, doit être mis en place dans un centre spécialisé.
  • Allaitement

    La mifépristone est un composé lipophile qui est susceptible d'être éliminé dans le lait maternel. Toutefois, aucune donnée n'est disponible. Le misoprostol pouvant également être éliminé dans le lait maternel, les femmes doivent éviter d'allaiter durant le traitement par mifépristone et misoprostol.

    Fécondité

    Le misoprostol n'a pas d'effet sur la fécondité. La femme peut débuter une nouvelle grossesse dès que l'interruption de grossesse a été réalisée. Il est important d'informer la patiente de la nécessité d'initier une méthode de contraception dès que l'interruption de grossesse a été confirmée.

    Aucune étude sur les effets du médicament sur l'aptitude à conduire des véhicules n'a été réalisée. Un effet indésirable de type étourdissements peut survenir. Il convient donc de tenir compte de la possibilité de cet effet indésirable pour la conduite de véhicules ou de l'utilisation de machines.

    En cas de surdosage, il convient d'administrer un traitement symptomatique et des soins médicaux appropriés. Un cas d'hémorragie gastro-intestinale avec insuffisance rénale, rhabdomyolyse aiguë, hémorragie utérine ayant conduit à une issue fatale, a été rapporté après la prise d'une dose massive de 12 mg de misoprostol.

    Symptômes liés à un surdosage en misoprostol : sédation, tremblements, convulsions, dyspnée, douleurs abdominales, diarrhées, fièvre, hémorragie, spasme des artères coronaires, hypotension, et bradycardie.

    Misoprostol .................................................................................................................................... 400,0 μg

    Pour un comprimé

    Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

    Comprimé

    Comprimé blanc, rond, plat, mesurant 11 mm de diamètre et 4,4 mm d'épaisseur, portant la mention « M400 » gravée sur une face.

    Classe pharmacothérapeutique : Autres médicaments gynécologiques, ocytociques - prostaglandines

    Code ATC : G02AD06

    Le misoprostol (un analogue synthétique de la prostaglandine E1) est utilisé en association avec la mifépristone pour l'interruption de grossesse jusqu'au 49ème jour d'aménorrhée.

    Dans ce cas d'interruption précoce de grossesse, l'association mifépristone-misoprostol permet d'obtenir un taux de succès de 95 % environ et accélère l'expulsion du conceptus. Ce taux de succès d'environ 95 % est obtenu quand 600 mg de mifépristone sont associés à 400 microgrammes de misoprostol par voie orale jusqu'au 49ème jour d'aménorrhée.

    Aux doses recommandées, le misoprostol provoque des contractions des fibres musculaires lisses du myomètre et un relâchement du col utérin. Les propriétés utérotoniques du misoprostol devraient faciliter l'ouverture du col utérin et l'expulsion des débris intra-utérins.

    Aux doses recommandées, le misoprostol ne devrait pas produire d'effets indésirables cardiaques, hépatiques ou rénaux.

    Absorption

    Le misoprostol est rapidement absorbé après administration orale, les concentrations plasmatiques du métabolite actif (le misoprostol acide) atteignent un pic après environ 30 minutes. La demi-vie plasmatique du misoprostol acide est de 20-40 minutes.

    Distribution

    Le misoprostol acide libre se lie dans une proportion inférieure à 90 % aux protéines plasmatiques. Le misoprostol est métabolisé par les systèmes d'oxydation des acides gras, présents dans plusieurs organes du corps humain.

    Élimination

    Après administration orale de 3H-misoprostol, environ 73 % de la radioactivité est excrétée dans les urines et environ 15 % dans les selles. Approximativement 56 % de la radioactivité totale est éliminée en 8 heures dans les urines.

    L'administration du misoprostol avec de la nourriture ne change pas la biodisponibilité du misoprostol acide, mais réduit le pic de concentration plasmatique car l'absorption est plus lente.

    Les données précliniques standard de pharmacologie, de toxicologie à dose réitérée, de génotoxicité, et de potentiel cancérigène, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

    À des doses élevées répétées chez le rat et le lapin, le misoprostol a été fœtotoxique et embryotoxique. Aucun potentiel tératogène n'a été observé.

    Après administration de doses uniques et de doses répétées dans des études chez le chien, le rat et la souris, en utilisant des multiples de la dose humaine, les résultats toxicologiques étaient en accord avec les effets pharmacologiques connus des prostaglandines de type E, avec comme principaux symptômes les diarrhées, les vomissements, la mydriase, les tremblements et l'hyperpyrexie.

    L'administration intra-utérine, mais pas l'administration intra-gastrique, de misoprostol chez le rat a significativement aggravé la mortalité résultant d'une infection utérine par Clostridium sordellii, et a diminué la clairance bactérienne in vivo.

    Le misoprostol s'est avéré altérer l'homéostasie du calcium dans des cellules Neuro-2a et contribuer à une fonction cellulaire anormale in vitro. Les déséquilibres de l'homéostasie du calcium peuvent potentiellement affecter le développement neuronal aux stades initiaux.

    Cellulose microcristalline, hypromellose, carboxyméthylamidon sodique (Type A), huile de ricin hydrogénée.

    Sans objet.

    Plaquette thermoformée (PVC/PCTFE/aluminium) : 1 an.

    Plaquette thermoformée (OPA-aluminium-PVC/aluminium) : 6 mois.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    À conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

    Tout comprimé conservé hors de la plaquette thermoformée ou n'ayant pas été utilisé immédiatement doit être jeté.

    Boite de 1, 4, 16 ou 40 comprimés.

    Les comprimés sont conditionnés sous plaquette thermoformée perforée en (PVC-PCTFE/aluminium) ou (OPA-aluminium-PVC/aluminium), en dose unitaire.

    Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées

    Pas d'exigences particulières.

    Tout comprimé conservé hors de la plaquette thermoformée ou n'ayant pas été utilisé immédiatement doit être jeté.

    Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie