G

CLINDAMYCINE KABI 600 mg/4 ml, solution injectable

Phosphate de clindamycine

Solution

  Présentation Prix * Remb.
5 ampoule(s) en verre de 4 ml libre NR
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

Ce médicament est indiqué dans le traitement curatif de certaines infections bactériennes sévères dues à des germes sensibles à cet antibiotique.

Ce médicament est également utilisé chez les patients allergiques aux bêta-lactamines (pénicillines, céphalosporines) dans la prévention des infections post-opératoires en:

  • Neurochirurgie;
  • Chirurgie digestive sous mésocolique en association avec un aminoside;
  • Chirurgie carcinologique ORL avec ouverture du tractus oropharyngé en association avec un aminoside;
  • Chirurgie gynécologique en association avec un aminoside;
  • Amputation de membre en association avec un aminoside.
  • Posologie:

    Traitement curatif

  • adultes: 600 à 2400 mg/24 heures, en 2, 3 ou 4 administrations;
  • enfants: 15 à 40 mg/kg/24 heures, en 3 ou 4 administrations.
  • Traitement prophylactique

    L'antibioprophylaxie doit être de courte durée, le plus souvent limitée à la période per-opératoire, 24 heures parfois, mais jamais plus de 48 heures.

  • Pour l'ensemble des chirurgies, sauf la chirurgie ORL et l'appendicectomie: injection de 600 mg IV à l'induction anesthésique, suivie d'une réinjection de la même dose toutes les 4 heures, jusqu'à la fin de l'intervention.
  • Pour l'appendicectomie, une dose unique suffit.
  • Pour la chirurgie carcinologique ORL, une injection de 600 mg toutes les 6 heures pendant 24 heures, sans excéder 48 heures.
  • Mode d'administration:

  • Voie intramusculaire L'administration intramusculaire de plus de 600 mg en une fois est déconseillée.
  • Voie intraveineuse
  • Ne jamais administrer par voie IV directe et toujours diluer préalablement dans une solution injectable isotonique de chlorure de sodium ou de glucose.

    Le volume de dilution et la durée minimale de la perfusion seront déterminés en fonction de la dose administrée selon le schéma suivant:

    Dose

    Volume de dilution

    Durée minimale de perfusion

    300 mg

    50 ml

    10 minutes

    600 mg

    50 ml

    20 minutes

    900 mg

    50 - 100 ml

    30 minutes

    1200 mg

    100 ml

    40 minutes

    La concentration de clindamycine ne doit pas être supérieure à 18 mg/ml et la vitesse d'injection ne doit pas excéder 30 mg/min.

    Ce médicament ne doit jamais être utilisé:

  • En cas d'allergie à la lincomycine ou à la clindamycine,
  • En raison de la présence d'alcool benzylique, ce médicament est contre-indiqué chez les prématurés et les nouveau-nés à terme.
  • Mises en garde spéciales

    Des diarrhées dues à une colite pseudo-membraneuse peuvent survenir pendant ou après un traitement par la clindamycine (même plusieurs semaines après l'arrêt).

    Ces diarrhées peuvent être graves si elles ne sont pas traitées par un antibiotique actif contre Clostridium difficile, producteur de toxines.

    De telles diarrhées imposent l'arrêt immédiat de la clindamycine, ainsi qu'une antibiothérapie spécifique. L'administration d'inhibiteurs du péristaltisme intestinal est contre-indiquée.

    Précautions d'emploi:

  • Ne jamais administrer par voie IV directe.
  • Ne pas administrer aux colitiques (cf. section «Mises en garde»).
  • A utiliser avec prudence chez les malades ayant des antécédents d'asthme ou d'autres allergies.
  • Une augmentation des taux sériques et un allongement de la demi-vie d'élimination de la clindamycine ont été documentés chez l'insuffisant hépatique.
  • Les traitements de longue durée ne devront être effectués que sous surveillance de la formule sanguine, des enzymes hépatiques et de la fonction rénale.
  • Ce médicament contient du sodium. Ce médicament contient 33,9 mg de sodium par ampoule. A prendre en compte chez les patients suivant un régime hyposodé strict.
  • Ce médicament contient 36 mg d'alcool benzylique par ampoule. Il peut provoquer des réactions toxiques et des réactions de type anaphylactoïde chez les nourrissons et les enfants jusqu'à 3 ans.
  • Manifestations digestives

  • Douleurs abdominales, diarrhées persistantes (voir rubrique 4.4),
  • Nausées, vomissements,
  • Œsophagite.
  • Manifestations hématologiques

  • Neutropénie, leucopénie, agranulocytose, purpura thrombopénique.
  • Manifestations cutanées et allergiques

  • Des réactions d'hypersensibilité telles que œdème de Quincke et anaphylaxie ont été signalées chez quelques sujets allergiques à la pénicilline.
  • De rares cas d'érythème polymorphe, de syndrome de Stevens-Johnson ou de Lyell ont été associés à l'administration de clindamycine.
  • Prurit, éruptions cutanées, urticaire.
  • Hépatotoxicité

    Bien qu'aucune relation directe entre administration de clindamycine et dysfonctionnement hépatique n'a pu être établie, quelques cas d'ictères et de perturbation des fonctions hépatiques (transaminases) ont été signalés.

    Effets indésirables liés aux modalités de l'injection

  • Après administration intraveineuse trop rapide (voir rubrique 4.2), ont été observés de rares cas d'hypotension, voire d'arrêt cardiaque.
  • Cependant, la clindamycine administrée par voie intramusculaire est en règle générale parfaitement tolérée.
  • Quelques cas de thrombophlébite se sont manifestés.
  • Ces réactions peuvent être réduites en pratiquant des injections intramusculaires profondes et en évitant l'utilisation permanente de cathéter.

    Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

  • Curarisants Potentialisation des curares lorsque l'antibiotique est administré par voie parentérale avant, pendant ou après l'agent curarisant. Surveiller le degré de curarisation en fin d'anesthésie.
  • Ciclosporine Diminution des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, avec risque de perte de l'activité immunosuppressive. Contrôle renforcé des dosages sanguins de ciclosporine et augmentation éventuelle de sa posologie.
  • Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

    De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient, apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées: il s'agit, notamment, des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

    Grossesse

    Il est préférable, par mesure de précaution, de ne pas utiliser la clindamycine au cours de la grossesse. En effet, bien que les données cliniques soient rassurantes, elles sont en nombre limité et les données animales sont insuffisantes.

    Allaitement

    Compte tenu du profil de tolérance de ce médicament, l'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement par ce médicament

    Sans objet.

    Sans objet.

    Clindamycine ................................................................................................................................... 600 mg

    Sous forme de phosphate de clindamycine

    Pour 4 ml de solution injectable.

    Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

    Solution injectable.

    ANTIBIOTIQUES ANTIBACTERIENS DE LA FAMILLE DES LINCOSAMIDES.

    (J: Anti-infectieux).

    SPECTRE D'ACTIVITE ANTIBACTERIENNE

    Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :

    S £ 2 mg/l et R > 2 mg/l

    La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur les probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique.

    Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en france est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci-dessous :

    Catégories

    Fréquence de résistance acquise en France (> 10%) (valeurs extrêmes)

    ESPÈCES SENSIBLES

    Aérobies à Gram positif

    Bacillus cereus

    -

    Corynebacterium diphtheriae

    Enterococcus faecium

    50 - 70 %

    Erysipelothrix

    Staphylococcus méti-S

    Staphylococcus méti-R *

    70 - 80 %

    Streptococcus B

    Streptococcus non groupable

    30 - 40 %

    Streptococcus pneumoniae

    35 - 70 %

    Streptococcus pyogenes

    16 - 31 %

    Aérobies à Gram négatif

    Campylobacter

    Anaérobies

    Actinomyces

    Bacteroides

    5 - 30 %

    Capnocytophaga

    Clostridium (autres que perfringens et difficile)

    25 - 35 %

    Clostridium perfringens

    Eubacterium

    Fusobacterium

    Gardnerella vaginalis

    Mobiluncus

    Peptostreptococcus

    20 - 30 %

    Porphyromonas

    Prevotella

    Propionibacterium acnes

    5 - 15 %

    Veillonella

    Autres

    Chlamydia trachomatis

    Leptospires

    Mycoplasma hominis

    Mycoplasma pneumoniae

    Catégories

    ESPÈCES RÉSISTANTES

    Aérobies à Gram positif

    Corynebacterium jeikeium

    Entérocoques (autres que Enterococcus faecium)

    Listeria

    Nocardia asteroïdes

    Rhodococcus equi

    Aérobies à Gram négatif

    Bacilles à Gram négatif non fermentaires

    (Acinetobacter, Pseudomonas, ... )

    Branhamella catarrhalis

    Entérobactéries

    Haemophilus

    Legionella

    Neisseria

    Pasteurella

    Anaérobies

    Clostridium difficile

    Autres

    Mycobactéries

    Ureaplasma urealyticum

    La clindamycine possède une activité in vitro et in vivo sur Toxoplasma gondii.

    * La fréquence de résistance à la méticilline est environ de 30 à 50 % de l'ensemble des staphylocoques et se rencontre surtout en milieu hospitalier.

    Distribution

    Le phosphate de clindamycine, inactif in vitro, est rapidement hydrolysé in vivo en clindamycine active.

  • Concentration sérique: différents facteurs influencent les concentrations sériques, notamment la voie d'administration, la dose et un éventuel état pathologique.
  • Le tableau suivant illustre les pics de concentration atteints chez le sujet sain, après administration parentérale:

    Voie

    Dose( mg)

    Tmax (heures)

    Cmax (mcg/ml)

    Intramusculaire

    600

    2

    6,3 - 6,7

    Intraveineuse

    600

    1/2

    17

    Chez les diabétiques, il a été signalé des concentrations sériques légèrement plus basses que chez le sujet sain.

    La demi-vie biologique moyenne est de 2,5 heures.

  • Liaison aux protéines plasmatiques Elle est importante: de l'ordre de 80 à 94 %.
  • Diffusion humorale et tissulaire La clindamycine est distribuée dans les liquides extra et intra-cellulaires et a une très forte concentration tissulaire. La diffusion dans le liquide céphalorachidien est très faible.
  • Biotransformation Le métabolisme de la clindamycine est hépatique.
  • Excrétion La clindamycine est principalement éliminée par la bile: les concentrations obtenues sont 2 à 6 fois plus importantes que les concentrations sanguines.
  • L'excrétion urinaire de la clindamycine correspond à environ 6,4% de la dose administrée. Les concentrations sériques de la clindamycine ne sont pas modifiées par l'hémodialyse ou la dialyse péritonéale.

    Sans objet.

    Edédate disodique, alcool benzylique, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.

    Il existe une incompatibilité physicochimique avec les médicaments suivants: ampicilline, phénytoïne, barbituriques, aminophylline, gluconate de calcium, sulfate de magnésium, ceftriaxone sodium, ciprofloxacine, diphénylhydantoïne, idarubicine hydrochloride et ranitidine hydrochloride.

    Avant ouverture: 2 ans.

    Après dilution: le produit doit être utilisé immédiatement.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    Avant ouverture: A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

    Après dilution: le produit doit être utilisé immédiatement.

    D'un point de vue microbiologique, une fois dilué, le produit doit être utilisé immédiatement. Dans le cas contraire, la durée et les conditions de conservation avant usage sont sous la responsabilité de l'utilisateur mais ne doivent pas dépasser 24 heures entre 2 et 8°C.

    4 ml de solution injectable en ampoules en verre transparent de type I. Boîte de 5 et 10 ampoules.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie