Non commercialisée

ALFUZOSINE TEVA L.P. 10 mg, comprimé à libération prolongée

Chlorhydrate d'alfuzosine

Comprimé

  Présentation Prix * Remb.
Déclaration d'arrêt de commercialisation du (29/01/2015) plaquette(s) PVC PVDC de 30 comprimé(s) - -
* Tarif hors honoraire.
Notices
Fichier
Aucune notice disponible
Avis de transparence
Fichier
Aucun avis disponible
Études
Fichier
Aucune étude disponible

Résumé des caractéristiques du produit

Il est indiqué dans le traitement des symptômes modérés à sévères provoqués par une augmentation du volume de la prostate, maladie également appelée hypertrophie bénigne de la prostate. L'augmentation du volume de la prostate provoque des problèmes urinaires, tels qu'une miction fréquente et difficile.

Voie orale.

Le comprimé à libération prolongée doit être avalé entier avec un verre d'eau, sans être écrasés, croqués ou divisés (voir rubrique 4.4).

La première dose doit être prise au moment du coucher. Le comprimé à libération prolongée d'alfuzosine 10 mg doit être pris chaque jour, immédiatement après le même repas.

Adultes

La dose recommandée est d'un comprimé à 10 mg par jour.

Sujets âgés (plus de 65 ans)

Voir « Adultes ». Des données portants sur la pharmacocinétique et la sécurité d'emploi montrent que généralement il n'est pas nécessaire de réduire la dose chez les sujets âgés.

Insuffisance rénale

Insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine > 30 ml/min)

Une adaptation posologique n'est généralement pas nécessaire (voir rubrique 5.2).

Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min)

En raison de l'absence de données de sécurité d'emploi, les comprimés à libération prolongée d'alfuzosine 10 mg, ne doivent pas être prescrits à des patients atteints d'une insuffisance rénale sévère (voir rubrique 4.4).

Insuffisance hépatique

Les comprimés à libération prolongée d'alfuzosine 10 mg sont contre-indiqués chez les patients atteints d'insuffisance hépatique. Selon l'avis du médecin, une préparation contenant une dose plus faible de chlorhydrate d'alfuzosine pourra être jugée appropriée. Pour les recommandations posologiques le RCP de la spécialité correspondante devrait être consulté.

ALFUZOSINE TEVA LP 10 mg n'est pas indiquée chez l'enfant.

Hypersensibilité à l'alfuzosine, à d'autres quinazolines (par ex.: térazosine, doxazosine) ou à l'un des excipients.

Hypotension orthostatique.

Insuffisance hépatique sévère.

Association à d'autres alpha-1 bloquants.

Le patient devra être examiné avant le début du traitement par alfuzosine afin d'exclure d'autres maladies susceptibles de provoquer des symptômes similaires à ceux de l'HBP.

En raison de l'absence de données de sécurité d'emploi, l'alfuzosine 10 mg ne doit pas être administrée chez les patients insuffisants rénaux sévères (clairance de la créatinine < 30 ml/min).

La prudence est recommandée lorsque l'alfuzosine est administrée à des patients traités par des médicaments antihypertenseurs ou des médicaments à base de « nitrates ». La tension artérielle devra faire l'objet d'une surveillance régulière, en particulier au début du traitement.

Chez certains patients, une hypotension orthostatique pourra apparaître, avec ou sans symptômes (sensations vertigineuses, asthénie, sueurs), dans les heures suivant l'administration. Dans ce cas, le patient devra être maintenu en position allongée jusqu'à ce que les symptômes aient complètement disparus. Ces effets sont habituellement transitoires. Ils surviennent au début du traitement et n'empêchent pas la poursuite du traitement. Les patients devront être informés de la possibilité de survenue de ces incidents.

La prudence est recommandée lorsque l'alfuzosine est administrée à des patients qui ont eu une hypotension prononcée en réponse à l'administration d'un autre alpha-1 bloquant.

Le traitement doit être mis en place progressivement chez les patients présentant une hypersensibilité à d'autres alpha-1 bloquants.

Comme avec tous les alpha-1 bloquants, l'alfuzosine doit être administrée avec prudence chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque aiguë.

Chez le patient cardiaque, le traitement de l'insuffisance coronarienne sera poursuivi, en tenant compte que l'administration concomitante de nitrates et d'alfuzosine est susceptible d'augmenter le risque d'apparition d'hypotension. En cas de réapparition ou d'aggravation d'un angor, le traitement par l'alfuzosine sera interrompu.

Une évaluation s'impose avant et durant tout traitement par alfuzosine chez les patients présentant un allongement congénital de l'intervalle QTc ou des antécédents connus d'allongement acquis de l'intervalle QTc, ainsi que chez les patients prenant des substances médicamenteuses susceptibles d'allonger l'intervalle QTc.

Le «Syndrome de l'iris flasque per-opératoire» (SIFP, une variante du syndrome de la pupille étroite) a été observé au cours d'interventions chirurgicales de la cataracte chez certains patients traités ou précédemment traités par tamsulosine. Des cas isolés ont également été rapportés avec d'autres alpha-1 bloquants et la possibilité d'un effet de classe ne peut être exclue. Le SIFP peut entraîner une augmentation des difficultés techniques pendant l'intervention chirurgicale de la cataracte. Avant l'intervention chirurgicale, le chirurgien doit vérifier si les patients sont ou ont été traités par alpha-1 bloquants, même si ce risque semble très faible avec l'alfuzosine.

Les patients devront être prévenus que les comprimés doivent être avalés entiers. Les comprimés ne doivent pas être croqués, écrasés, broyés, pulvérisés ou mâchés. Un mode d'administration incorrect peut conduire à une libération et à une absorption inappropriée du principe actif, avec des effets indésirables précoces.

Ce médicament contient du lactose monohydraté. Il ne doit pas être administré à des patients atteints de galactosémie congénitale, de déficit en lactase ou de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose.

Les effets indésirables considérés comme étant possiblement liés au traitement sont repris ci-dessous par classes de systèmes d'organes et par fréquence absolue. Les fréquences définies sont: très fréquent (≥1/10); fréquent (≥1/100 à <1/10); peu fréquent (≥1/1000 à <1/100); rare (≥1/10 000 à <1/1000); très rare (<1/10 000); fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Fréquence

Fréquent

Peu fréquent

Très rare

Indéterminée

Affections hématologiques et du système lymphatique

Neutropénie

Affections du système nerveux

Sensations vertigineuses/fatigue, vertiges, céphalées

Somnolence, syncope

Affections oculaires

Troubles visuels

Syndrome de l'iris flasque per-opératoire

Affections cardiaques

Tachycardie, palpitations

Aggravation ou réapparition d'un angor chez les patients atteints de maladie coronarienne pré-existante (voir rubrique 4.4)

Fibrillation auriculaire

Affections vasculaires

Hypotension orthostatique (en début de traitement, principalement en raison d'une dose trop élevée, ou si le traitement est repris après une courte interruption)

Flushs

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Rhinites

Affections gastro-intestinales

Nausées, douleurs abdominales, diarrhée, sécheresse buccale

Vomissements

Affections hépatobiliaires

Lésion hépatocellulaire, maladie cholestatique du foie

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Eruptions cutanées, prurit

Œdème angioneurotique uriticaire

Affections des organes de reproduction et du sein

Priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Asthénie, malaise

Œdème, douleurs thoraciques (voir rubrique 4.4)

Associations contre-indiquées

+ Alpha-1 bloquants

Majoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique sévère.

Associations à prendre en compte

+ Puissants inhibiteurs du CYP3A4 (kétoconazole, itraconazole, ritonavir, clarithromycine, érythromycine)

Risque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'alfuzosine et de ses effets indésirables.

+ Antihypertenseurs (voir rubrique 4.4)

Effet antihypertenseur et risque de majoration de l'hypotension (effet additif).

+ Préparations contenant des nitrates (voir rubrique 4.4).

L'administration d'un anesthésique par voie générale à un patient traité par alfuzosine peut induire une hypotension prononcée. Il est recommandé d'interrompre la prise des comprimés 24 heures avant l'intervention chirurgicale.

L'indication thérapeutique concerne uniquement l'homme.

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.

Une prudence particulière devra être observée par les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machine en raison des risques de vertiges, de sensations vertigineuses ou d'asthénie, en particulier en début de traitement.

En cas de surdosage, le patient sera hospitalisé, maintenu en position couchée et un traitement classique de l'hypotension sera institué.

En cas d'hypotension significative, l'antidote approprié est un vasoconstricteur agissant directement sur les muscles lisses des vaisseaux sanguins, telle que la noradrénaline.

Un lavage gastrique et/ou l'administration de charbon actif peut être envisagé. Du fait de sa fixation protéique élevée, l'alfuzosine est difficilement dialysable.

Chlorhydrate d'alfuzosine .................................................................................................................... 10 mg

Pour un comprimé à libération prolongée.

Chaque comprimé contient 8 mg de lactose monohydraté.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

Comprimé à libération prolongée.

Comprimé rond, de couleur blanche, à bords biseautés.

Classe pharmacothérapeutique: antagoniste des récepteurs alpha-1 adrénergiques, Code ATC: G04CA01.

L'alfuzosine, qui est un racémique, est un dérivé de la quinazoline, actif par voie orale. Il bloque sélectivement les récepteurs alpha-1 post-synaptiques.

Les études réalisées in vitro ont confirmé la sélectivité de l'alfuzosine pour les récepteurs alpha-1 adrénergiques situés au niveau de la prostate, du trigone vésical et de l'urètre prostatique.

Les symptômes cliniques de l'HBP ne sont pas uniquement liés à la taille de la prostate, mais aussi aux influx nerveux sympathomimétiques qui, en stimulant les récepteurs alpha post-synaptiques, augmentent la tension du muscle lisse du tractus urinaire inférieur. Le traitement par l'alfuzosine relâche ce muscle lisse, améliorant ainsi le flux urinaire.

L'urosélectivité de l'alfuzosine a été démontrée par son efficacité et son bon profil de sécurité chez l'ensemble des hommes traités, y compris chez les patients âgés et chez les patients hypertendus. L'alfuzosine peut provoquer des effets anti-hypertenseurs modérés.

Chez l'homme, l'alfuzosine améliore l'évacuation de l'urine en réduisant la tonicité du muscle urétral, ce qui diminue la résistance à la sortie de la vessie et en facilite la vidange.

Une fréquence plus faible de la rétention aiguë d'urine a été observée chez les patients traités par alfuzosine comparativement aux patients non traités.

Lors d'études contrôlées contre placebo menées chez des patients souffrants d'HBP, l'alfuzosine:

  • a augmenté de façon significative le flux urinaire maximal (Qmax) de 30 % en moyenne chez les patients ayant un Qmax <15 ml/s. Cette amélioration a été observée dès la première prise;
  • a diminué de façon significative la pression du détrusor et augmenté le volume, provoquant une forte envie d'uriner;
  • a réduit significativement le volume urinaire résiduel.
  • Ces effets urodynamiques, qui ont été clairement démontrés, conduisent à une amélioration des troubles urinaire du bas appareil (TUBA), c'est à dire des symptômes de remplissage (irritatifs) et de vidange (obstructifs).

    L'alfuzosine possède des propriétés pharmacocinétiques linéaires dans l'intervalle de doses thérapeutiques. La concentration plasmatique maximale est atteinte environ 5 heures après l'administration. Le profil cinétique se caractérise par d'importantes fluctuations interindividuelles des concentrations plasmatiques.

    L'absorption est augmentée lorsque le médicament est administré après un repas.

    Absorption

    Après la première dose (post pandriale) la concentration plasmatique maximale moyenne est de 7,72 mg/ml, l'ASCinf est de 127 ng x h/ml (post pandriale) et le tmax est de 6,69 h (post pandriale). A l'état d'équilibre (post pandriale) l'ASC moyenne sur l'intervalle d'administration de la dose (ASCT) est de 145 ng x h/ml, la Cmax moyenne est de 10,6 ng/ml et la cmin est de 3,23 ng/ml.

    Distribution

    Le taux de liaison aux protéines plasmatiques est de 90 % environ. Le volume de distribution de l'alfuzosine est de 2,5 l/kg chez les volontaires sains. Il a été démontré que l'alfuzosine a une distribution préférentielle pour la prostate par rapport au plasma.

    Elimination

    La demi-vie d'élimination apparente est de 8 heures environ. L'alfuzosine est en grande partie métabolisée dans le foie (par diverses voies), ses métabolites sont éliminés par excrétion rénale et aussi probablement par excrétion biliaire. Sur une dose orale, 75-91 % est excrété dans les fèces, 35 % est excrété sous forme modifiée et le reste sous forme de métabolites, ce qui indique un certain degré d'excrétion biliaire. Environ 10 % de la dose est excrétée dans l'urine sous une forme inchangée. Aucun des métabolites n'a d'activité pharmacologique.

    Insuffisances rénale ou hépatique

    Le volume de distribution et la clairance augmentent lorsque la fonction rénale est diminuée, probablement en raison d'une diminution de la fixation aux protéines. La demi-vie, cependant, n'est pas modifiée. Ce changement du profil pharmacocinétique n'est pas considéré comme pertinent sur le plan clinique. L'ajustement posologique n'est donc pas nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère à modérée (voir rubriques 4.2 et 4.4).

    Chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique sévère, la demi-vie est prolongée. La concentration plasmatique maximale est doublée et la biodisponibilité est augmentée par rapport à celle des volontaires jeunes et sains. Les comprimés d'alfuzosine 10 mg à libération prolongée sont contre-indiqués en cas d'insuffisance hépatique (voir rubrique 4.3).

    Sujets âgés

    Aucune augmentation de la Cmax et de l'ASC n'est observée chez les sujets âgés par rapport aux volontaires sains d'âge moyen.

    Les données précliniques n'ont révélé aucun risque particulier pour l'homme sur la base des études conventionnelles de la génotoxicité, du potentiel carcinogène ou de toxicité de reproduction par administration réitérée.

    Lactose monohydraté, hypromellose (E464), povidone K25, stéarate de magnésium.

    Sans objet.

    3 ans.

    6.4. Précautions particulières de conservation  

    A conserver dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.

    A conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

    10, 28, 30, 50, 90 ou 100 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC).

    100 comprimés en flacon (PEHD).

    Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

    Pas d'exigences particulières.

    Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

    Sans objet.

    Sans objet.

    Signaler une anomalie